L'actualité immobilière des agences AIP Immobilier
30 Déc

2020 n’a pas été la meilleure année pour acheter une maison à Brest !

Vous souhaitez vous offrir une maison à Brest ? Cette année si particulière aura marqué les esprits de tous, mais que s’est-il passé dans l’univers du crédit immobilier ?

Directives de l’HCSF et la Banque de France
Fin 2019, le HCSF et la Banque de France ont décidé conjointement de durcir les critères d’obtention d’un crédit immobilier :

• Limite maximale de la durée d’un crédit fixée à 25 ans
• Taux d’endettement maximum de 33%
• Obligation d’apport personnel fixé à 10% minimum

Dès 2020, les banques ont appliqué à la lettre les recommandations imposées par l’HCSF. Durcissant même les conditions d’emprunt en augmentant les taux de crédit immobilier pendant le premier confinement. À cette même période, le taux d’usure a nettement baissé (il est tombé à 2,40%* au cours du deuxième et troisième trimestre 2020) bloquant de nombreux acheteurs potentiels. Tous ces éléments ont considérablement réduit le nombre de crédits immobiliers accordés par les banques et, par conséquent, le nombre de transactions immobilières. Heureusement, le jeudi 17 décembre 2020, le Haut Conseil de Stabilité Financière s’est prononcé, et bonne nouvelle, il a assoupli les conditions d’accès au crédit immobilier !

Baisse des ventes immobilières
L’année 2019 a brillé par ses performances exceptionnelles dans l’immobilier. En 2019, les ventes ont augmenté de + 11,4% par rapport à 2018. Et, le million de ventes avait été dépassé à la mi-octobre 2019. Force est de constater que la comparaison avec 2020 est frappante. Cette année, l’immobilier a subi une baisse de 25% de ventes immobilières sur les résidences principales et secondaires ainsi qu’une baisse de 40% sur l’immobilier commercial par rapport à 2019.

Impact du COVID-19
Le contexte sanitaire de 2020 est une des raisons principales de ce triste constat, cette pandémie a attaqué tous les secteurs et, l’immobilier n’a pas été épargné. Si nous devions retenir un chiffre pour expliquer l’impact du COVID19 serait celui-là : + de 150 000 transactions immobilières ont été annulées ou interrompues. Compte tenu de la dépendance des acteurs de l’immobilier entre eux (banques, notaires, agences, courtiers) et de la violence avec laquelle la pandémie a frappé, la majorité des dossiers a été énormément retardée.

*Prêts à taux fixe d’une durée comprise entre 10 ans et moins de 20 ans

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée