L'actualité immobilière des agences AIP Immobilier
2 Mar

Un couple de primo-accédant peut acheter une maison en vente à Brest… malgré les recommandations du HCSF !

Depuis les recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) demandant aux banques de restreindre leurs conditions d’octroi aux prêts immobiliers, accéder au crédit est plus difficile surtout pour les primo-accédants et les investisseurs locatifs qui dépassent les 33 % d’endettement. Le profil des emprunteurs finançables a en effet été durci, le critère d’apport est devenu déterminant et les banques recherchent des profils aux revenus plus importants. Vous souhaitez acheter une maison à Le Brest ? S’agit-il de votre premier achat ? Vous n’avez pas d’économie ?

Rassurez-vous, il existe quelques solutions pour les primo-accédants dont le taux d’endettement va au-delà des 33%. Il s‘agit d’un crédit immobilier à taux fixe avec des mensualités plus faibles en début de prêt qui augmentent au fil des années (1% par an). Il s’agit d’un dispositif totalement sécurisé puisqu’il s’agit d’un prêt à taux fixe, le montant des échéances est connu à l’avance et la durée du prêt est définie dès le départ, de manière contractuelle, dans l’offre de prêt. Ce type de prêt est particulièrement adapté aux primo-accédants, car il permet de commencer le crédit avec des échéances plus basses et d’avoir une augmentation lente de la mensualité (comme l’évolution d’un loyer) tout en ayant la sécurité d’un taux fixe.

Heureusement, les courtiers restent optimistes pour 2020, car les décisions du HCSF pourront être modifiées suite aux précisions de l’ACPR. En effet, à ce stade il reste quelques zones à éclaircir. Les régulateurs pourraient accorder aux banques plus de souplesse particulièrement à l’égard des investisseurs. Il faut rappeler que les hausses de taux, de l’ordre + 0,05 pts à + 0,10 pts se concentrent principalement sur les durées les plus longues et sur des profils à faible revenu ou avec très peu d’apports. Il est important de noter que la BCE a annoncé maintenir son taux directeur au plus bas jusqu’à la fin de l’année 2022, voire même au-delà.

A.B. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée