L'actualité immobilière des agences AIP Immobilier
24 fév

Votre agence immobilière de Brest fait le point sur les prix des biens en vente !

Houses

En 2016, les ventes dans l’immobilier neuf et ancien se sont envolées ! En effet, de nombreux Français ont concrétisé leur projet d’achat en devenant propriétaires. Et grâce au dispositif Pinel qui permet de réduire ses impôts et à l’augmentation des mises en chantiers de programmes neufs à travers la France, certains même se sont payé le luxe de devenir investisseur. Seul petit problème à cette euphorie : la remontée des prix. Elle était prévisible. Et elle découle directement de l’augmentation de la demande. Si vous souhaitez donc vendre un bien à Brest, nous vous conseillons d’être vigilant. Si vous vous enflammez et que vous augmentez un peu trop vite son prix de vente, vous risquez d’avoir du mal à le vendre. Alors pour mettre toutes les chances de vendre vite et bien, faites appel à une agence immobilière qui saura déterminer correctement le prix de votre habitation.

Pour la 87e édition de son baromètre, MeilleursAgents fait la synthèse de l’évolution du marché immobilier sur l’ensemble de l’année 2016 dans les 11 plus grandes villes de France. Et, selon lui, en 2016, les prix ont augmenté dans 9 de ces villes. Cette hausse s’est amplifiée en fin d’année faisant émerger un groupe de tête emmené par Lyon (avec +6,6%), suivie de Bordeaux (+5%), Paris (+4,6%) et Nantes (+3,6%). Par rapport au dernier plus haut du marché en 2011, 8 des 11 plus grandes villes de France ont aujourd’hui des prix supérieurs. Seules exceptions : Paris dont les prix avaient excessivement monté en 2010/2011 est encore en retrait par rapport à juin 2011 (-7%), Strasbourg est proche de l’équilibre (-3%) et Marseille marque un recul très net (-14%). Partout ailleurs, les prix ont grimpé depuis 2011, mais dans des proportions plus modérées.

Pour conclure sur des chiffres, il faut s’attendre, pour 2017, à des évolutions de prix comprises entre 0 à +3% avec un volume de transactions de 830 à 850 000 dans l’immobilier résidentiel ancien.

C.V. / Bazikpress © julien tromeur

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée